Mohamed Ziane-Khodja - L E   R Ê V E   I N T E R D I T *

 

 

 

un certain jour

dans la Cité

aux remparts des rêves interdits

qu'on dût réapprendre à se forcer à admirer

à perte de vue             un incendie

du soleil

aux parfums de fines fleurs

de l'Éternel Renouveau qui tarde toujours à percer

et

brandissant le flambeau d'une

                                                                       liberté liliale

on décida de s'en aller chantant                             -sur l'air des lampions-

                                                                       le long des rues déshéritées

                                                                                                                      injuriées

 

 

                                   "bedd ad twalid

                                   ruh ad tawid

                                   qim ulac"**

 

 

                                   un pont

                                                           suspendu

                                   un pont virtuel

                                                                       immatériel

                                   un pan de soi-même

                                   qui remonte au Déluge

                                                           au Siège de la Mémoire

                                   comme remonterait ce soleil

                                                                                              sur l'horizon

 

 

non mais alors

c'est le vent coulis il secoue il donne froid

un chant qui sourd et monte dans le ciel

comme ce soleil brisé qui se ramasse

pour un pays à musique

que l'Avenir se conjugue au Passé

de Nos Montagnes

il court           le monde

(et puis) ça gonfle ça déborde          -un fleuve limoneux-

le peuple longtemps adolescent ne mue pas

d'ailleurs il n'avait jamais bêlé

il secoue il donne froid il gonfle il déborde

les gènes manipulés ne répondent plus

ils vibrent aux roulements de tambours aux galops

de Jugurtha des circoncellions

susurrés par les Rumeurs du Temps

qui secouent qui donnent froid

à coups même de confettis

 

 

pourtant

il n'est pas interdit de rêver

mais

comme nous le savons

les vampires sortent la nuit

avec les larmes de crocodiles

 

 

  Le 8 février 1989

Mohamed ZIANE-KHODJA

 

 

 

                * Poème publié aussi à « Alger-Républicain », en mai 1990 ; « El Vigía » (en espagnol), en mars 1995.

 

                ** En berbère: "debout, tu verras (assisteras)

                                               en y allant, tu ramèneras

                                               assis, rien".

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accueil...

E-mail...

Poèmes...